© Copyright 2017 Monsieur Style
Custom Menu
Les Derniers Articles
 

le guide des pulls

le guide des pulls

 Choisir son pull homme

En ces temps froids, grisonnants et pluvieux il est primordial de se protéger quand on sort de chez soi. Et c’est là qu’intervient le pull, l’allié efficace du manteau.

Jusque là je ne vous apprends rien, vous me direz, se protéger du froid et porter un pull est une évidence. Votre maman vous l’a assez répété quand vous étiez un petit garçon ” couvre-toi bien sinon tu vas attraper froid !”

Pour autant, êtes-vous réellement incollable sur le pull ?

Savez-vous, par exemple, qu’il existe des dizaines de mailles et de cols différents (col rond, col V, camionneur, col châle…),  qu’elles sont fabriquées à partir des matières les plus diverses  (Alpaga, Mohair, Jersey, Cachemire …) ou encore que certaines proviennent d’animaux insoupçonnés comme le ver pour la soie.

Et last but not least, savez-vous choisir le bon pull, à la fois chaud et élégant ?

Monsieur Style vous invite cette semaine, à voyager au cœur de la fibre et de la maille pour aborder sereinement l’hiver qui arrive !

  Définition du pull

  On appelle pull tout vêtement tricoté, à la différence des vêtements classiques (t-shirt, chemise, veste…) qui, eux, sont tissés.

 

tricot.lechapee.laine

  Histoire du pull

L’appellation pull est récente, auparavant on l’appelait tricot ou chandail (expression toujours utilisée au Québec).

Elle est dérivée de l’expression anglaise “Pull over ” qui signifie textuellement “tirer par dessus”, en référence à la manière dont on enfile  un pull.

L’origine du pull remonte loin dans le temps, on en trouve dès l’Égypte antique  mais c’est dans la Bretagne du 18e siècle qu’est né le chandail. L’expression vient d’une anecdote amusante datant de l’époque où les marins bretons commercialisaient  avec l’Angleterre des stocks d’ail et d’oignon. Ceux-ci portaient un habit tricoté facilement reconnaissable. Ils étaient surnommés “les marchands d’ail”. C’est ainsi que leur habit fut plus tard surnommé “chandail”, contraction de “marchand” et “d’ail”.

 

 

marin breton marchand d'ail

Le pull a pour fonction première de protéger le corps du froid en l’isolant grâce aux propriétés thermiques des  fibres de la laine. C’est ce qu’on appelle l’aspect fonctionnel d’un objet       (ex.: apporter de la chaleur), qualité primordiale pour tout vêtement mais à laquelle il faut ajouter le caractère esthétique (ex. : mettre le physique en valeur).

L’un ne va pas sans l’autre, un pull peut être chaud, isolant, doux et tout ce qu’on veut mais s’il est difforme, il donnera à son propriétaire une allure de vieux monsieur négligé. Idem si le pull est joli, bien coupé mais est fait d’une matière synthétique peu chaude, son porteur sera transi de froid à chaque sortie.

C’est pourquoi chaque pull de cette sélection sera passée au crible de ces critères incontournables

 

 1) Coupe

2) Couleur

3) Confort

4) Chaleur

Le pull idéal est celui qui présente le meilleur compromis entre ces notions.

Auquel nous ajouterons un cinquième élément tout aussi important, le contexte.

A chaque fois qu’on est en quête d’un nouveau vêtement, il faudrait toujours analyser dans quelle(s) situation(s) on va l’utiliser et se poser les questions suivantes :

  • Comment vais-je porter ce pull, avec quels vêtements, quelles couleurs, quels accessoires ?
  • Ce pull pourra-t-il être porté au travail  et s’associer avec une chemise ?
  • Est-il suffisamment chaud à cette période de l’année ?

Ces questions ne sont pas inutiles. Elles permettent d’acheter avec le recul nécessaire les objets dont on a vraiment besoin et ne pas regretter ces achats par la suite.

Comment le porter ?

La maille est une matière aérée et extensible. N’attendez pas une précision au niveau de la coupe à l’égal d’une veste. Si, dans l’absolu, la couture au niveau des épaules doit s’arrêter sur le petit os au sommet de l’épaule appelé accromion, dans la réalité la plupart des pulls flottent un peu et ont tendance à s’élargir après plusieurs ports. Ce n’est pas grave et c’est aussi la preuve qu’un vêtement vit avec son propriétaire.

 A chaque homme son pull

Les différents modèles de pulls ne vont pas à tous les messieurs. Chacun a des particularités physiques qui lui sont propres et des coupes qui lui conviennent. Certaines formes de cols iront à certains types de cous et de physiques.

Par exemple, les pulls col rond en grosse maille iront davantage aux hommes grands et minces puisqu’ils ajoutent carrure et masculinité. Alors que ce même pull aura un effet contre-productif sur des hommes larges d’épaules et ne fera qu’accentuer leur carrure déjà imposante et les tasser.

pull-irland-brittany-attitude-modif

Ce modèle ne va pas à la carrure massive de cet homme, il parait gros alors qu’il ne l’est pas

Les différents pulls

On définit généralement le pull par son encolure, plus exactement par  la forme de son col.

Il y a une très grande variété de mailles (pull d’Aran, norvégien, cardigan…). Pour garder cet article synthétique et pratique, nous nous concentrerons sur les principaux tricots  présents sur le marché français.

En somme des basiques indémodables qui ont fait leur preuve et méritent une place de choix dans votre armoire.

Le pull col rond

pull cold rond gris

Le pull col rond est le plus décontracté de notre sélection. Il admet beaucoup de variétés de modèles (pull marin, irlandais, norvégien) et de coloris.

Comme expliqué dans la sélection des vêtements d’hiver, il faudrait posséder avant tout des modèles aux coloris unis et passe- partout (bleu marine, gris, marron).  Et, pour ceux qui ont le physique adéquat, des modèles plus travaillés avec textures ou motifs.

sweater gris en laine d'agneau

Pull gris uni

Pull grosse laine à textures

Pull texturé beige

Pull cold rond à motif

Pull à motifs

Comment le porter ?

Le pull col rond fonctionne davantage avec une tenue informelle à base de t-shirts et chaussures casual type baskets.  Il se porte aussi avec une chemise mais plus difficilement qu’avec un col V ou un cardigan, spécialement prévus pour cet usage. Et pour que l’association chemise, pull col ras-du-cou fonctionne, il faut mieux choisir une chemise plutôt informelle au col mou.

Exemple : une chemise au col américain (appelée “button down” par les connaisseurs).

pull col rond avec rayures horizontales

La chemise parfaite pour ce type de col

Pull cold rond avec chemise en dehors du pantalon

Chemise en dehors du pantalon pour un style plus jeune

Pour quelles morphologies ?

Pratiquement tout le monde pour les modèles unis et légers. Les exemplaires épais, à motifs ou torsades, sont à éviter pour les physiques costauds et ronds.

Le pull col V

Pull v en cachemire camel

Le pull col V est le pull polyvalent par excellence. Portable avec des tenues habillées ou décontractées, c’est le vêtement que beaucoup d’hommes portent quotidiennement mais malheureusement très mal.

Comment le porter ?

Le pull col V est spécialement prévu pour être associé avec une chemise mais attention de bien choisir la chemise adaptée au col du pull.  Le col de la chemise ne doit pas dépasser disgracieusement et pouvoir s’insérer dans le col du pull. C’est là où le bât blesse car de nombreux hommes ne savent pas porter une chemise avec un pull. Le résultat est catastrophique.

Pull gris en V avec chemise trop grande

La chemise dépasse vulgairement du col

pull.v.neck_cashmere.gris.nordstrom

La taille de chemise parfaite

  • D’autre part, il est tout a fait envisageable de le porter avec un simple t-shirt.

 

  • On évitera le ton sur ton dans l’association pull-chemise pour respecter la règle des contrastes et éviter l’effet pyjama
Pull v avec chemise ton sur ton

La chemise et le pull V ont une teinte trop proche, résultat l’ensemble est tristoune

Pour quelles morphologies ?

Tout le monde, particulièrement utile pour les hommes un peu ronds puisque que le col V allonge visuellement la carrure.

Le cardigan

cardigan à textures irlandais aran

Le cardigan  est le basique à posséder dans son armoire.  On en trouve 2 sortes :

  • Le cardigan classique col V (fin ou en grosse maille)
  • Le cardigan col châle

Les deux types sont utiles et pratiques. Le cardigan classique en V a,néanmoins, un défaut majeur : il découvre entièrement le cou et le laisse donc à la merci du vent et du froid.

Le plus adapté pour les températures froides est donc le col châle, généralement plus épais et dont le col enveloppe davantage la gorge.

cardigan beige grosse maille

cardigan col châle texturé

cardigan col châle

cardigan col châle

Comment le porter ?

Chemise, t-shirt, baskets, chaussures habillées, trench, manteaux courts, manteaux longs… les associations avec le cardigan sont nombreuses, à vous de voir celles qui vous conviennent le mieux.

cardigan beige avec chemise

Cardigan beige + chemise bleu, une association gagnante

Pour quelles morphologies ?

Le cardigan en maille légère a cet avantage d’aller à pratiquement tout le monde. Aussi bien aux petits, grands, gros, minces. Cependant les modèles les plus épais sont moins adaptés aux messieurs avec un peu de ventre puisqu’ils donnent du volume à la silhouette.

Le pull col châle

Kenzaro tendances

Le pull col châle revient sur le devant de la scène après avoir été laissé de côté pendant un moment. Il existe des multitudes de col châles (avec ouverture boutonnées, zippées, croisées…)

Pull très appréciable en hiver, le pull à col châle permet d’étoffer un peu la silhouette des personnes minces et apporte une protection supplémentaire au niveau du cou.

Comment le porter ?

Casual par essence le col châle s’accorde avec les tenues décontractées mais certains modèles vont très bien avec des chemises.

Pull bicolore gris et marron

Un simple t shirt suffit à mettre en valeur un beau pull

col châle avec chemise casual écossaise

Une chemise informelle s’accorde très bien avec ce col

Pour quelles morphologies ?

Le col châle va particulièrement bien aux hommes avec une faible carrure, minces, légèrement chétifs car il étoffe la silhouette.

le pull à zip (col camionneur) :

pull col camionneur avec cravate

Extrêmement pratique, le pull à zip a beaucoup d’adeptes en particulier chez les quadras et plus. C’est, avec le col rond, le pull le plus décontracté

 

Comment le porter ?

Beaucoup d’hommes le portent avec une veste. Attention à l’effet ringard de certains modèles un peu vieillots, aux coupes trop larges et aux couleurs fades.

 

Pour quelles morphologies ?

Il convient a peu près à toutes les morphologies mais son principal défaut reste qu’il vieillit les hommes qui le portent.

  • Il existe une alternative au col a zip : le col camionneur à boutons
col camionneur avec boutons

Cette version boutonnée est particulièrement intéressante, elle est aussi pratique que la version à zip, plus élégante et moins ringarde. Une alternative sérieuse au cardigan col châle.

col camionneur boutons

Le pull col roulé

Urban Sapes

A l’origine, porté par les marins et les sportifs à la fin du XXe siècle, le col roulé ou sous-pull  a connu son apogée au milieu du XXe siècle. Devenu ringard ces dernières années, il revient petit à petit à la mode.

On trouve principalement deux genres : les pulls col roulé épais en laine et les col roulé fins en jersey.

 

Comment le porter ?

Vêtement favori du défunt Steve Jobs, beaucoup d’hommes le portent avec une veste et l’utilisent comme alternative à la chemise. Sa grande force est de remonter jusqu’au cou et d’ isoler efficacement cette région.

Il est aussi très apprécié des cadres, ou hommes de pouvoir qui aiment le porter avec un blazer quand ils veulent afficher une tenue plus décontractée que le traditionnel chemise-cravate.

Là aussi, comme pour le pull camionneur,  veillez à éviter les modèles un peu vieillots aux coupes trop larges.

 

Pour quelles morphologies :

Le col roulé n’est pas adapté à tout le monde en particulier aux hommes aux cous long pour la raison évidente qu’il allonge démesurément celui-ci. Il est donc intéressant pour les physiques petits ou larges qui souhaitent allonger leur carrure.

col roule beige
  • On trouve dans le commerce, un type proche du col roulé : le pull col cheminé
col cheminee gris

le pull col cheminée ou col montant est un modèle hybride entre le col rond et le col roulé.

le gilet

gilet sans manches plus chemise

Le pull sans manches ou gilet est souvent confondu avec le cardigan. Passé de mode depuis de nombreuses années, il est surtout porté par des hommes d’âge mur et peu apprécié de la jeune génération.

En dépit de son côté un peu dépassé, il n’est pas inutile car confortable. Le fait qu’il n’ait pas de manches donne de l’aisance au niveau de l’emmanchure et permet ainsi de l’intégrer parfaitement avec une chemise et compléter la veste.

Après tout, la mode n’est qu’un éternel recommencement, peut-être reviendra-t-il plus tard sur le devant de la scène.

 

Comment le porter ?

Pièce formelle pur jus, le gilet se porte presque exclusivement avec une chemise ou une veste. Par contre, il se marie fort mal avec un t-shirt ou tout haut informel. En bas, il s’associe avec des pantalons plutôt habillés (pantalon en laine ou chino sobre).

La faute de goût à éviter est de porter une chemise blanche avec un gilet noir.

Si on vous siffle dans un bar en vous prenant pour le serveur, vous saurez pourquoi !

 

Pour quelles morphologies ?

Pas de contre indication, le gilet va à la plupart des hommes.

Les matières

Les matières du pull peuvent être rangées dans 3 catégories:

Les matières d’origine animale  (laine mérinos, cachemire…), les matières synthétiques (viscose, nylon, polyester..) et les matières d’origine végétale (coton, bambou, lin, chanvre…)

La laine la plus populaire est celle issue du mouton (laine vierge, Mérinos, Shetland, Islandaise). On trouve également des laines issues d’autres animaux tels que la chèvre (cachemire, mohair), le lapin (angora), un cousin du lama, l’alpaga dont la laine porte le même nom, le chameau, le yak, etc…

Et on trouve aussi des pulls provenant d’insectes comme la soie issue des cocons des vers à soie, papillon, araignées

Les matières animales

Pelotes de laine

La laine est la matière numéro un de l’hiver. Isolante, chaude, solide, infroissable, les qualités de cette matière sont nombreuses. D’ailleurs on ne devrait  pas dire la “laine” mais “les laines” tant il existe une multitude de types ayant pour origine des animaux allant des plus communs aux plus particuliers.

1) la laine vierge
fibre laine gros plan

La laine vierge est la laine à l’état quasi brut (plus de 90%). Elle a l’avantage d’être rigide et durable mais a aussi le défaut dans certains cas, d’être lourde à porter et de gratter.

2) la laine mérinos
Mouton Merinos

La laine mérinos, originaire d’Australie, est une fibre intéressante : elle allie la chaleur de la laine avec une douceur proche du cachemire et avec un prix modeste. Elle est particulièrement prisée par les randonneurs qui apprécient sa légèreté, ses propriétés thermo-régulatrices et sa capacité à évacuer l’humidité efficacement. C’est typiquement la matière présentant le meilleur rapport qualité-prix.

2) le cachemire
Redingote

Le cashmere  est la Rolls Royce de la maille. Fibre chaude et soyeuse par excellence, elle est issue de la toison des chèvres de la région du cachemire en Inde. Cette douceur a un prix, le cachemire est la fibre la plus chère. Les pulls 100% cachemire sont hors de prix. C’est pourquoi elle représente, une part généralement minime dans la composition des vêtements, de l’ordre 10 à 20%. Mais cette part incongrue permet de contrecarrer l’aspect rugueux d’une laine classique et de lui donner une douceur inégalée.

3) l’alpaga
alpaga

La laine alpaga a pour origine l’Amérique Latine (Pérou, Bolivie). Elle est extraite de la toison des alpagas, un animal proche du lama. Son toucher est proche du cachemire en terme de douceur. Elle a en plus la particularité d’être particulièrement robuste et imperméable. Elle est généralement mélangée avec d’autres laines pour une meilleure tenue.

4) le mohair
chevre angora

Le mohair est souvent confondu avec l’angora. La confusion vient du fait qu’elle est issue de la chèvre angora. A ne pas confondre avec la laine angora qui, elle, provient du lapin angora. Le mohair partage les caractéristiques communes aux autres laines plus des propriétés propres. Il est peu salissant, absorbe rapidement l’humidité et régule parfaitement la chaleur en se gonflant d’air en présence du froid (propriété adiathermique).

 5) L’angora
lapin angora

L’angora n’est issu ni du mouton, ni de la chèvre mais du lapin, précisément le lapin d’Angora, une race spécifique obtenu par croisement génétique. L’ angora n’a rien à envier aux autres laines question douceur ou chaleur si ce n’est de la production, son rendement est faible, ce qui impacte directement son prix. Le 100 % angora est rare et on trouve majoritairement des mélanges à base de laine de mouton ce qui permet d’en améliorer la solidité.

6) Le shetland
mouton shetland

La laine shetland  a plus ou moins disparu des rayons des grandes  surfaces. Elle est extraite d’une race de moutons originaire des Iles de Shetland au nord de l’Ecosse.  Cette maille est reconnue par sa grande solidité et sa facilité à être tricotée. Le principal grief contre le shetland est qu’il a tendance à gratter.

7) la soie
cocon ver a soie

La soie est le vilain canard de notre sélection car elle n’est issue d’aucun animal mais d’un insecte !

Elle est prélevée du cocon, fabriqué à partir de la bave durcie du verre à soie, la chenille du Bombix Murier. Pour conserver l’intégrité du cocon, celui est jeté vivant dans l’eau bouillante !

La soie sert majoritairement dans la confection des cravates mais on en trouve aussi dans certains pulls.

Melinda Gloss

Pull 100% soie, jaune moutarde

Que penser des mélanges ?

La plupart des mailles prestigieuses sont mélangées : deux raisons à cela, d’abord pour la rendre plus solide et bénéficier des particularités propres à chacune.

Deuxièmement pour baisser les coûts de fabrication et le prix de vente. Une belle laine demande un élevage des bêtes adapté et une sélection des fibres minutieuses, ce qui revient cher aux fabricants lequel est obligé d’en répercuter le coût sur le prix final que paye le consommateur.

Pour donner un ordre de valeur, un pull 100 % laine alpaga pour homme, de qualité avec une coupe pas trop ample, culmine facilement à 300 euros et souvent plus.

Je reviens sur cette question du prix pour aborder un point important que je traiterai dans les prochaines semaines  :

  • Méfiez-vous des offres alléchantes de pulls 100 % alpaga/cachemire/soie avec un prix modique sous la barre des 100 euros !

Un tel prix implique 3 raisons principales :

1) Une qualité de matière première médiocre pour un produit final peu cher

2) Un coût de main d’œuvre excessivement bon marché puisque réalisée par un travailleur sous-payé du tiers monde

3) Un aspect esthétique du vêtement  mis de côté au profit d’une coupe large et uniforme pour convenir au plus grand nombre

En résumé, on privilégie les fibres naturelles, meilleure isolation, plus “respirantes” sans pour autant mettre de côté les fibres mixtes.

Dans l’idéal on ne descend pas au-dessous de 70 % de matières naturelles car un bon mélange est constitué en  majorité de fibres naturelles.

Les textiles synthétiques
fibre polyester

Les fibres synthétiques sont particulièrement prégnantes dans les magasins de prêt-à-porter low cost en raison de leur faible coût. La plupart des pulls de ces grandes enseignes mondiales sont des mélanges de matières végétales, animales et synthétiques.

Les recherches sur les produits techniques adaptés à la randonné et aux sportifs ont mis aux point des textiles résistants et parfaitement adaptés au froid mais n’attendez pas de trouver ce type de fabrications dans des magasins classiques, leur esthétique n’étant pas prévue pour un usage citadin. Dès lors, on trouve des modèles soit très larges, soit très près du corps pour emprisonner un maximum de chaleur, soit avec des couleurs flashys ou à l’inverse des couleurs fades…

Pour revenir à l’offre des enseignes classiques de prêt-à- porter, il ne faut pas attendre des merveilles. Mais si l’on n’est pas trop regardant sur la composition, on peut trouver une maille pouvant convenir.

Les fibres végétales

branche de fleur de coton

Les fibres végétales ont aussi leur place l’hiver mais à condition de respecter certains principes.

Faut-il éviter le coton l’hiver ?

Le plus connu des textiles végétaux est sans conteste le coton, la matière la plus produite dans le monde (25 millions de tonnes de coton sont produits dans le monde chaque année).

Malgré son succès planétaire, le coton n’est pas la matière phare de l’hiver et même à éviter dans certains cas.

Les randonneurs le savent mieux que quiconque, le coton est la matière à proscrire quand on part à l’assaut des collines en plein froid. Je vous encourage à lire cet article légèrement provocateur mais réaliste sur le sujet.

La raison étant que le coton, à la différence de la laine, absorbe l’humidité issue de la transpiration mais ne l’évacue pas. Et une fois le vêtement mouillé, celui-ci met beaucoup de temps à sécher en plein cœur de l’hiver. Soit les conditions rêvées pour attraper un rhume !

Bon, ce genre de situations extrêmes concernent peu le citadin qui transpire moyennement dans ses vêtements  et ne part pas à l’assaut des cols enneigés. En conséquence, nul besoin de respecter cette consigne à la lettre mais d’essayer de limiter la présence du coton dans notre habillement.

Donc on gardera le coton uniquement comme couche de base au contact de la peau (t-shirt, pantalon, chemise)

Vers un renouveau des fibres végétales

Avec l’émergence d’un consommacteur éveillé à la recherche de matières ne favorisant pas l’exploitation animale, incarnée par le mouvement Vegan, on assiste à un regain d’intérêt pour les matières végétales telles que le bambou, le lin ou le chanvre. Néanmoins, le lin et le chanvre ne sont pas, à proprement parler, des matières chaudes et isolantes.

Le pull en bambou, issu de la pulpe de l’arbre du même nom, est le nouveau venu de ces dernières années. Léger comme de la soie, solide comme du coton et doux comme du cachemire, il a conquis de nouveaux consommateurs. Cette fibre a en plus l’avantage de ne pas se froisser et de présenter des propriétés antibactériennes.

Les pulls fabriqués à partir de ces fibres naturelles sont rares et marginaux mais rien ne dit qu’ils ne vont pas se démocratiser et donner lieu dans les prochaines années à des modèles innovants spécialisés pour la période hivernale.

Quelles couleurs porter ?
plusieurs couleurs de pulls

Dans un premier temps, il vaut mieux se tourner sur les couleurs classiques et sobres (gris, bleu marine, marron, beige). Ce sont des couleurs pratiques facilement associables les unes entre elles.

Les règles de la superposition des vêtements

L’hiver est la période où l’on superpose le plus de couches de vêtements afin d’enprisonner l’air et de maintenir une température élevée constante. Cette stratégie est connue sous le nom de “Layering”, terme anglais qui signifie “couche”.

Voici 3 principes de layering de base à connaître :

1) Du plus clair au plus foncé

C’est-à- dire que le vêtement au contact de la peau (chemise, t-shirt) est dans le ton le plus clair et les couches qui s’ajoutent dessus doivent être progressivement plus foncées.

Exemple : Chemise bleu clair >cardigan beige > manteau bleu marine

2) Du plus fin au plus épais

Ce principe est assez logique, le vêtement en bas de la superposition (ex. : t-shirt) est le plus fin et celui au-dessus de tous est de facto le plus épais.

superposition de vêtements d'hiver
3) On évite le ton sur ton

Une tenue 100 % de la même couleur est assez tristoune mais il est possible de jouer sur les teintes d’une même famille en allant du plus clair au plus foncé (principe 1). On parle alors de “Layering monochromatique”

Layering pull echarpe gris
4) Une couleur qui tranche

Ce principe s’oppose au principe numéro 1. Ici l’idée est de porter un pull d’une couleur vive qui contraste avec l’ensemble de la tenue.

col v orange

Oui : l’orange est calmé par le reste de la tenue sobre

Pull col v rose trop petit

Non : Couleur criarde et pull trop petit

Ce principe est à manier avec précaution et déconseillé si vous n’êtes pas encore suffisamment à l’aise avec votre habillement. Vous pouvez faire une chose très similaire en portant un pantalon de couleur vive qui, lui, va trancher avec le reste de vos habits. Une stratégie gagnante simple à mettre en place.

Kevin
Me suivre

Kevin

Fondateur de Monsieur Style, je me passionne pour tout ce qui a trait au corps humain dans sa globalité (anatomie, vêtements, sport, alimentation...).
Inconditionnel des smoothies, des (auto)massages et des glaces... rien ne me déprime plus que la pluie ou le métro parisien ...
Kevin
Me suivre

Les derniers articles par Kevin (tout voir)

Kevin

5Comments

  • MINA / 30 janvier 2016 11:51

    Super vraiment super merci

  • Costa / 30 décembre 2016 10:19

    Merci pour ces conseils

  • Seb / 10 décembre 2017 2:07

    Bonjour,

    Quelle est la marque du pull camionneur présent dans cet article svp ?

    D’avance merci de votre retour

    • Kevin / 16 décembre 2017 7:39

      Seb, je n’en ai aucune idée. les photos proviennent d’une banque d’image 😉

Leave a Comment